De la céramique de Bizen à la soie tissée de Kyoto et Tokyo

Deux mots résument l’artisanat d’excellence japonais : TEWAZA (fait main) et TAKUMI (grands maître). Cet automne, deux expositions permettent de découvrir le savoir-faire multiséculaires des artisans japonais à travers les céramiques de Bizen de l’atelier Daikura (préfecture d’Okayama) ; les tapisseries de soie Tsuzuré-ori de l’Atelier Hakuryuan Katsuyama situé à Kyoto ; et la teinture sur soie à petits motifs de l’atelier Tomita Somé-Kogei, fondé en 1882 à Tokyo.

Cet événement DENSAN est organisé en parallèle à la Maison de la Culture du Japon (jusqu’au 22 septembre) et à l’Espace Densan (jusqu’au 15 novembre).

Les fameuses céramiques de Bizen (l’un des « six fours les plus anciens » du Japon), non émaillées, ont un décor caractéristique et unique résultant de la trace laissée par les longues pailles de riz, posées dans le four sur les pièces. Les formes contemporaines des céramiques de l’atelier Daikura sont remarquables d’élégance et de simplicité. L’eau, le thé ou le saké bus dans des tasses de Bizen ont un goût encore plus délicieux.

Autre découverte surprenante : le tissage de la tapisserie « Tsuzuré-Ori » est effectué par une artisane qui dessine une image ou un motif en grattant des fils colorés avec son ongle limé en dents de scie, qu’elle utilise comme un peigne. 

Quant à l’histoire de la technique du Tokyo Somé Komon, elle remonte à l’époque Muromachi (14e-16e siècles) quand les armoiries familiales des samouraïs étaient réalisées sur de la soie avec de tous petits motifs imprimés à l’aide de pochoirs en papier appelés « Katagami. »

Amoureux de l’artisanat d’excellence japonais et de ses déclinaisons contemporaines, précipitez-vous !

ESPACE DENSAN (jusqu’au 15 novembre)
8 bis rue Villedo, 75001 Paris

MAISON DE LA CULTURE DU JAPON (jusqu’au 22 septembre)
Exposition dans le hall du rez-de chaussée
101 bis Quai Branly, 75015 Paris

Photo céramiques de Bizen : Densan-Maison Wa, Masaki OGAWA

Article précédentClean seas
Article suivantIndigo, sudachi, Awa-odori: Tokushima à Paris!