Les artisans d’Edo/Tokyo à Paris

Jusqu’au 1er février, un pop-up store installé à la Maison du saké (11 rue Tiquetonne, Paris 2e) permet de découvrir des objets et des produits fabriqués par des artisans tokyoïtes. Le projet « EDO TOKYO KIRARI », lancé par la ville de Tokyo, a pour vocation de montrer comment les jeunes générations s’emparent d’un savoir-faire traditionnel pour le faire perdurer, mais aussi le renouveler afin de le faire entrer dans la modernité. C’est le cas de PORTER CLASSIC, créateur de vêtements en coton indigo, utilisant la technique du sashiko (broderie en petits points destinée à raccommoder et renforcer le tissu) pour produire des vêtements qui pourront être appréciés et portés sur plusieurs générations. Au fil du temps, le coloris s’estompe délicatement, prenant une élégante patine. Fondée en 1923, la maison NAKAMURA fabrique des noren, ces rideaux de coton teint placés à l’entrée des boutiques et des restaurants et sur lesquels figure leur enseigne, leur emblème ou leur logo. D’un design sophistiqué et modernisé, les noren Nakamura, sont en phase avec leur temps tout en faisant subsister des techniques de fabrication ancestrales. La société YAMAMOTO NORITEN, fondée en 1849, a eu l’idée, dès 1869, de commercialiser des algues nori assaisonnées. Elle est détentrice d’une technique de sélection « qualité » presque légendaire au Japon. Parmi les nouveautés, les Otsumami Nori (deux feuilles d’algue contenant des ingrédients au milieu) ou les Nori Chips : du goût, une texture et une couleur exceptionnels. Il faudrait aussi parler du confiseur AMEYA-EITARO, ou de la coutellerie UBUKEYA, fondée il y a plus de 230 ans, entre autres… La maison RYUKOBO, elle, fabrique un type de ceintures tressées (kumihimo), restées, aujourd’hui encore, symboles d’élégance. Symbole aussi du lien créé entre la personne et l’objet, et entre le passé et la modernité, comme le sont tous ces artisans d’Edo/Tokyo.
Pour en savoir plus : https://fr.edotokyokirari.jp/

Jusqu’au 1er février )La Maison du saké11 rue Tiquetonne, 75002
Photo Crédit & Source : Sophie Gallé Soas

Article précédent« Akita Exquise » au Pavillon Ledoyen
Article suivantSugahara, verrerie de rêve