Première étoile MICHELIN pour MORY SACKO ! AYUMI SUGIYAMA distinguée pour ses desserts

En dépit de la pandémie de Covid-19 qui a contraint les restaurants à fermer une grande partie de l’année, le Guide Michelin a décidé de décerner ses étoiles 2021. La cérémonie restreinte a été retransmise, aujourd’hui-même, entre 12h et 13h, depuis le Jules Vernes, situé au 2e étage de la Tour Eiffel. Parmi les 54 chefs ayant reçu leur première étoile, MORY SACKO. Son restaurant MOSUKE (11 rue Losserand, Paris 14e) a ouvert le 1er septembre 2020… et fermé le 29 octobre, date du début du deuxième confinement. À peine deux mois ont donc suffi aux inspecteurs du Guide Rouge pour parier sur ce chef de 28 ans à l’ascension fulgurante, à qui le Michelin a également décerné le prix spécial « Jeune chef ». France Sushi, qui a eu la chance d’aller déguster « la cuisine d’auteur aux influences japonaises et africaines », du chef Mory Sacko le 6 octobre dernier, et lui a réservé deux pages dans le numéro de France Sushi paru en fin d’année, avait parié dans ses colonnes sur cette première étoile. 

France Sushi se réjouit également qu’AYUMI SUGIYAMA, cheffe pâtissière et gérante du restaurant étoilé ACCENTS (24 rue Feydeau, Paris 2e), aux côtés du chef Romain Mahi, figure parmi les 11 lauréats de la promotion « Passion Dessert » !

Par ailleurs, Julien Lemarié chef d’Ima (Rennes) déjà étoilé, reçoit l’étoile Michelin verte qui récompense les chefs particulièrement engagés pour une gastronomie durable. Nous reviendrons dans le prochain numéro de France Sushi sur cette distinction ainsi que sur l’ouverture le 25 novembre dernier de son deuxième restaurant rennais, Imayoko, dédié au donburi (à emporter pour le moment), voué à se transformer en Izakaya le soir, quand les restaurants ouvriront de nouveau. 

Le Guide Michelin a décerné une deuxième étoile à Hélène Darroze (Marsan, Paris 6e) et Cédric Deckert (La Merise, Laubach, Bas-Rhin), et une troisième à Alexandre Mazzia (AM par Alexandre Mazzia, Marseille). 

Photo Crédit & Source : 

Sophie Gallé Soas

 

Article précédentLe curry par Ryoko Sekiguchi
Article suivantSHINYA INAGAKI, le pain au sommet… de la Butte