Quand haïku rime avec SANKAKU !

Ichi, ni, san… Adeptes de la forme courte, du triangle ou du tercet, vous aimerez les onigiri de Yuko Yoshida et vous délecterez des haïkus de Pierre Nabhan. Ses deux premiers recueils ont été publiés cette année aux Éditions Envolume. SURVI, anagramme de virus, raconte avec justesse et humour les mois passés confinés, et BANDES ORIGINALES nous entraîne aux confins d’un monde interlope, celui de la délinquance, d’où l’on s’échappe, ou pas…Depuis son ouverture en décembre dernier, rue Condorcet, Pierre Nabhan a trouvé en SANKAKU le lieu idéal pour la pause déjeuner, et Yuko Yoshida un client fidèle, poète de surcroît, qui apprécie ses onigiri, fritures de crevettes, karaage, etc. Début juillet, SANKAKU a ouvert exceptionnellement un soir à l’occasion d’un apéro-dédicace de SURVI et BANDES ORIGINALES, en présence des éditeurs, et des fans ! Avis aux Parisiens et visiteurs de la capitale : SANKAKU reste ouvert au mois d’août. Pour les fugitifs et ceux qui cherchent à s’évader, la solution réside évidemment dans les haïkus de Pierre Nabhan !SANKAKUOnigi-Riz Paris47 rue Condorcet75009 ParisOuvert du lundi au vendredi (12h-15h)SURVI, 199 p. 17,50 €.BANDES ORIGINALES, 250 p. 19,50 €.Pierre Nabhan, Éditions Envolume.https://editionsenvolume.com/Source et photo : Sophie Gallé Soas

Article précédentBrochettes panées et bière au saké !
Article suivantMINATO HOUSE Street Food & Sweet Home !