Le Japon au SIAL

Plus que deux jours – jusqu’à jeudi 25 octobre – pour vous précipiter au JAPAN PAVILLON du SIAL (Salon International de l’Alimentation) au Parc des Expositions de Paris Nord/Villepinte, Hall 4. Et pour découvrir les produits de différentes régions présentés sur près d’une cinquantaine de stands, sous l’égide du Ministère japonais de l’agriculture, des forets et de la pêche et du JETRO.
Parmi les produits qui ont particulièrement retenu notre attention : Le thé au haricot sabre de Tamba (Hyogo) (1) ; l’huile au wasabi de la société Nishikawa (2) ; les thés de Japan Greentea (3) ; le Sea Vegetable Granola (premier granola contenant des algues wakame, kombu… et faisant partie des produits innovants sélectionnés cette année par le SIAL) et le « Kombu-cha », infusion d’algue kombu,à utiliser comme boisson ou assaisonnement, de la société Kaneryo ; la farine « Imotenko » prête à l’emploi pour confectionner de la tempura de patate douce ; la Rice Gelée de la société Yanmar ; ou encore les fameux couteaux de la ville de Sakai (Osaka). Sans oublier la sélection de saké, les miso, les nouilles, les produits de la mer, la confiserie, etc.


Pour compléter ce voyage culinaire japonais, un « petit » détour par le Hall 5 s’impose, afin de rendre visite à deux des épiceries fines parisiennes spécialisées dans les produits japonais et présentes au SIAL : Nishikidori-Paris et Umami-Paris. Sur le stand de Nishikidori, véritable caverne d’Ali Baba, regorgeant d’épices et de produits rares, Olivier Derenne nous a fait déguster du « Shison », une rafraîchissante infusion de shiso rouge qui, avec un peu de sucre se transforme en délicieux sirop. Le stand Umami-Paris, lui, met à l’honneur le yuko et le sudachi (4), deux agrumes cultivés dans la préfecture de Tokushima (île de Shikoku), et différents produits fabriqués à partir de ces agrumes rares et délicatement parfumés.

(1) Disponible à la fromagerie Hisada, 47 Rue de Richelieu, 75001 Paris.
(2) Bientôt à la boutique Nishikidori, 6, Rue Villedo, 75001 Paris.
(3) Distribués par JFC.
(4) Voir l’article publié dans le dernier numéro de France Sushi Magazine (FS 17), p. 14-15.

Crédit Photos & Source : Sophie Gallé Soas

Article précédentLes nourritures terrestres et marines de KAGOSHIMA
Article suivantHARIMA, berceau du saké japonais