Que C’est BON Le Japon !

Qui l’eut cru ! La 7e édition du Salon « C’est Bon Le Japon » ! dédié à la gastronomie et à l’art de vivre japonais a eu lieu les 6, 7 et 8 février, rue Amelot, Paris 11e. En raison de la pandémie, il s’adressait cette année uniquement aux professionnels du monde culinaire, avec une jauge limitée et sur réservation, le tout assorti, bien évidemment, d’un respect strict du protocole sanitaire. France Sushi y a découvert de nouveaux produits commercialisables en France. Ceux du stand « Débutante », émanation du Ministère de l’agriculture japonais, coordonnée par Euro Japan Crossing, organisateur de l’événement : 50 produits sélectionnés par un comité de professionnels en France, testés en boutique pendant deux semaines. Les produits sains, sans gluten, ont été particulièrement plébiscités. Un autre stand présentait une série de quatre pesto japonais à base d’algues d’huile d’olive, de basilic, de vinaigre de pomme, parfumés au poivre, au yuzu, au shichimi ou à l’huile pimentée rayu. Ils portent le nom de « Feuilles marines », accompagné de l’idéogramme de la marée (Ushio). Un stand de produits de Saitama présentait du yokan, une douceur japonaise composée de pâte de haricot rouge gélifiée avec de l’agar-agar, à divers parfums : hojicha, sel, chocolat… Sur un autre étaient disposés des sakés de Fukushima dont un « ichigo-nigorishu » : du saké nigori (très peu filtré) moelleux associé au goût acidulé de la fraise. Juste à côté, du craft gin de la distillerie Benizakura, produit à Hokkaido, dont un parfumé à l’écorce de bouleau et d’érable. Enfin différentes variétés de thé de Sayama, cultivé dans la préfecture de Saitama (au nord de Tokyo) étaient proposés à la dégustation. Leur goût intense est caractéristique des théiers devant surmonter l’hiver, leurs feuilles n’étant cueillies qu’une ou deux fois par an, au lieu de trois à quatre dans les régions au climat plus doux. Un thé bancha d’Uji auquel a été ajouté de la lavande, conditionné en bouteille et répondant au doux nom de « Chamisou » méritait presque à lui seul le détour !

Même restreint, ce mini salon a eu le mérite de nous rappeler le BON temps où, lors des éditions précédentes on s’engouffrait, nombreux, dans la halle des Blancs-Manteaux et la chaleur étouffante de la fin juin… et surtout combien il est BON de retrouver, précautionneusement, les saveurs de l’Archipel !

Photo Crédit & Source : Sophie Gallé Soas

Article précédentLe Wagyu japonais à la façon du chef Nakatani
Article suivantYOHEI HOSAKA à TOP CHEF !