Vive les Angevins… et le Japon !

Alors que, le 2 avril dernier, Michaël Pankar (Aroma Sushi, Angers) gravissait la 3e marche du podium lors du Championnat de France de Sushi, et se prépare activement pour la Coupe du Monde fin août à Tokyo, l’Angevin Samuel Albert vient de remporter la 10e édition de Top Chef. Ce natif du Maine-et-Loire en a profité pour dévoiler son projet : l’ouverture, à l’automne de son restaurant à Angers. Il s’appellera « Les petits prés », qui n’est autre que le lieu-dit où habite sa grand-mère, avec qui il a appris à cuisiner. Il compte bien mettre en avant les produits locaux, tout en les travaillant selon les méthodes acquises à l’international. Il faut dire qu’à l’âge de 30 ans, Samuel Albert a déjà beaucoup voyagé. Il a travaillé à Londres (Atelier Joël Robuchon), Melbourne et Shangaï. Mais c’est à Tokyo qu’il a élu domicile depuis trois ans, comme chef à l’ambassade de Belgique. France Sushi est impatient d’aller découvrir, à Angers, la cuisine de Samuel Albert et ses influences japonaises.

À noter également que, Pascaline Lepeltier, première femme à obtenir le titre de Meilleur ouvrier de France (MOF) mention sommellerie en octobre dernier a aussi grandi à Angers ! Le mois suivant, en novembre, elle devenait la première femme Meilleure sommelière de France. Enfin, le 10 janvier de cette année, la Revue du Vin de France la désignait « Personnalité de l’année ». Au Racines à New York, où, depuis 2018, elle est associée et chef sommelière, la carte des vins à l’esprit très « nature » est impressionnante. Après vérification, aucun saké n’y figure, mais nous sommes prêts à aller lui demander son avis en la matière !
En tout cas, félicitations à ces trois champions, source de fierté en terre angevine !

Article précédentLa Touraine associe le Japon à sa gastronomie
Article suivant« Taste of Paris » au Grand Palais du 9 au 12 mai !